jeudi 5 octobre 2017

Bambi le chevreuil de Félix Salten


Bambi le chevreuil m'a été offert alors que j'étais enceinte et je remercie mille fois mon ami Yannick ! Je ne m'attendais pas à être aussi séduite par ce roman et aussi bouleversée. 
Bien sûr, je connais l'adaptation de Walt Disney que je trouve absolument splendide. Les paysages m'émeuvent particulièrement, cette lumière vaporeuse qui enveloppe les personnages m'a toujours impressionnée.


(illustrations provenant du catalogue d'exposition L'art des studios d'animation Walt Disney, le mouvement par nature)

Le roman est encore plus fort, plus poétique que le dessin-animé.
Félix Salten semble parler le langage des animaux et nous fait découvrir le monde à travers les yeux innocents du jeune Bambi. C'est bouleversant. La forêt, les feuilles mortes qui jonchent le sol, les saisons qui apportent richesse ou pauvreté, le jour où tout semble en ébullition, la nuit où l'on peut s'ébattre avec moins d'appréhension, la prairie, le danger, l'ombre dont il faut sans cesse se méfier, tout est à découvrir pour Bambi ...
L'écureuil coquin, ne serait-ce pas un petit chevreuil ? Il est roux lui aussi. Le lièvre avec sa belle moustache semble fort sympathique mais Bambi ressent une certaine condescendance à son égard sans comprendre pourquoi. Tandis que face au grand cerf, il se sent si humble. Cette hiérarchie du monde animal, Bambi semble déjà l'avoir faite sienne.
Faline et Gobo ont à peu près son âge. Faline est vive et gaie. Tandis que Gobo, son frère, est plus chétif, timide, et sa tragique destinée se devine dès les premières pages.
Tous les trois parlent souvent de Lui, l'être supérieur avec sa troisième main qui se détache, qui produit un grondement de tonnerre, ce croc qui mord, qui tue, cette force obscure qui semble tous les dominer et dont on ne peut échapper.
Le passage, je ne vous apprends rien, de la mort de la mère de Bambi est déchirant. La détresse de Bambi fuyant à travers les bois, rencontrant des animaux mourants, ensanglantés, est poignante. Félix Salten n'édulcore pas cette scène de chaos ni le le deuil et la dépression qui s'en suit. Toutefois, il faut se nourrir et continuer à vivre ...
Bambi connaît alors le bonheur auprès de Faline. Il est transporté de joie, il l'aime et se bat ardemment pour elle. 
Cette vie à deux est de courte durée car vient à nouveau cette terrible solitude, ces errances, ces questionnements existentiels si troublants. Le cheminement pour devenir, à son tour, le sage, l'ancien, est long et âpre ...
Quel roman bouleversant ! Il m'a laissé un sentiment de nostalgie assez douloureux. 
Je crois que ma prochaine lecture sera plus légère ...

Si vous souhaitez découvrir ce roman fascinant, les éditions Rivages proposent une nouvelle traduction qui semble excellente.


Mon livre date des années 50 et a été publié par les éditions Hachette. Les illustrations de Pierre Probst (le créateur de Caroline !) sont splendides.



Enfin, sachez qu'un livre sur le dessin-animé devrait sortir fin octobre : Bambi, le livre du 75ème anniversaire de Pierre Lambert.


samedi 22 juillet 2017

Ma cabane de feuilles de Kiyoshi Soya et Akiko Hayashi (Ecole des Loisirs)


Ma cabane de feuilles raconte l'histoire d'Aya, une petite fille qui s'amuse dans le jardin et se fait surprendre par la pluie. Notre petite héroïne trouve alors refuge sous des feuillages où elle est rejointe par de drôles de petits compagnons ...


Le texte de Kiyoshi Soya sensible et poétique s’harmonise à merveille avec les tendres illustrations d'Akiko Hayashi.
La nature y est représentée avec beaucoup de finesse ; les insectes, la pluie, la luminosité, le vent, chaque petit détail est un régal pour les yeux ! 
Les mouvements d'Aya sont également très délicats et tellement attendrissants !


Dès les les premières pages, cette petite fille m'a semblé familière. Après quelques recherches, je me suis souvenue avec émotion de l'album Aya et sa petite sœur que j'aimais beaucoup étant enfant ! Quel plaisir de la redécouvrir aujourd'hui, en tant que Maman.


mardi 4 juillet 2017

Albums cartonnés Winnie the Pooh (Egmont Books)

Winnie et ses amis me sont si chers qu'il m'était important de les présenter à mon petit bout de chou dès son plus jeune âge. Quel bonheur alors de découvrir ces deux albums cartonnés inspirés de l'univers d'A.A. Milne !


Le premier, Winnie-the-Pooh: Goodnight Pooh A bedtime peep-through book évoque avec beaucoup de douceur, les petits rituels des soirées de Christopher Robin.
Chaque page contient un petit trou dans lequel se cache une charmante illustration.


Mon fils l'aime bien mais préfère tout de même Winnie-the-Pooh: Hello Pooh, Hello You !


Cette fois-ci, Winnie cherche quelqu'un ... mais qui ? On le découvre grâce au petit miroir de la dernière page car oui, c'est TOI que cherche le petit ourson !
C'est un livre adorable où l'on rencontre Porcinet, Bourriquet et Tigrou.
Hello, Tigger !


Il existe d'autres albums dont Winnie-the-Pooh: Pooh and Friends a Touch-and-Feel Book (un album à caresser), Winnie the Pooh : A Tree for Christmas (sortie prévue le 7 septembre 2017) qui arrivera à point nommer pour les fêtes de fin d'année, Winnie-the-Pooh: Colours, Winnie-the-Pooh: Opposites et j'en passe. Quelle belle collection pour les petits !


 (lien)


jeudi 22 juin 2017

Goodbye Christopher Robin


Voici le premier trailer du film qui traitera de la relation de A.A. Milne et de son fils, Christopher Robin :

J'ai hâte de le découvrir même si je pense que leur histoire sera très romancée peut-être comme ce fut le cas pour Miss Potter ou encore Neverland. Qu'importe, le sujet me passionne et je suis ravie de ce beau projet !




samedi 20 mai 2017

Anne with an "E"


Anne with an "E" est la toute nouvelle adaptation, en série, de la saga de Lucy Maud Montgomery. 
Elle compte sept épisodes d'environ une heure.
La jeune actrice de quatorze ans incarnant notre petite héroïne a été sélectionnée parmi 1900 candidates qui convoitaient le rôle (voir le billet de Milly ici) ! Ses traits sont très proches de la Anne des romans, bien plus, selon moi, que ceux de Megan Follows (qui a joué Anne de manière remarquable, au demeurant. Comment oublier cette adorable frimousse ?).


Pour le moment, (je n'ai regardé que le premier épisode) l'acteur que j'affectionne le plus est bien sûr R.H. Thomson. Il n'était pas aisé de reprendre le rôle de Matthew après Richard Farnsworth qui était si bouleversant dans l'adaptation de Kevin Sullivan ! Il est vrai qu'il m'est particulièrement agréable de retrouver un visage connu car R.H. Thomson jouait dans la série des Contes d'Avonlea l'un de mes personnages préférés. J'ai l'impression de retrouver un vieil ami ! Il était très touchant dans son rôle de Jasper Dale et je retrouve en Matthew, cette délicatesse, cette douceur que j'aimais tant !


J'ai beaucoup apprécié ce premier épisode. Il est très différent des adaptations de Kevin Sullivan car l'atmosphère m'a semblé beaucoup plus ancrée dans le réel et moins idéale. Bien sûr, nous pouvons toujours compter sur l'imagination et l'humour d'Anne pour nous enthousiasmer mais tout y est plus grave, plus âpre. Les souvenirs d'Anne du temps où elle était orpheline sont très douloureux et sa peur de l'abandon est plus que vivace dans ce premier épisode. Je trouve notre petite héroïne plus rude que dans mon souvenir comme par exemple lorsqu'elle rencontre pour la première fois le garçon de ferme des Cuthbert. Elle n'en demeure pas moins très attachante mais plus fragile peut-être. L'actrice l'incarne avec beaucoup de naturel et de vivacité. Cette nouvelle petite Anne promet d'être très intéressante et je sens qu'elle va beaucoup me plaire ! Son jeu me rappelle un peu celui de l'actrice qui a incarné Heidi dans le film d'Alain Gsponer. J'y retrouve la même fraîcheur, le même dynamisme!


Il y a longtemps que je n'ai pas relu le roman dans sa totalité mais, de mémoire, j'ai déjà décelé quelques libertés dans ce premier épisode. Je ne me souviens pas, par exemple, d'un passage où Anne évoquerait les brimades de ses camarades. On y retrouve toutefois les scènes mémorables du roman comme lorsqu'Anne se pince pour être certaine de ne pas rêver ou lorsqu'elle doit présenter ses excuses à Madame Lynde ...


Les paysages sont très romantiques et je suis ravie que la série ait été tournée sur l'Ile du Prince Edward. Quel bonheur de retrouver le sable rouge et les côtes sauvages de la contrée de Lucy Maud Montgomery ! Et quelle belle lumière !



La maison des pignons verts est charmante mais je crois que je regrette un peu la chaleur des pièces de la précédente adaptation. En revanche, je suis très heureuse de retrouver le cerisier de la chambre d'Anne.

Un gigantesque cerisier poussait dehors, si près de la maison que ses rameaux venaient l'effleurer doucement, et il était recouvert de fleurs tellement serrées que les feuilles en devenaient invisibles.

J'ai hâte de découvrir la suite de cette série et j'espère d'ores et déjà qu'une deuxième saison est en cours ! 



Pour d'autres photographies, cliquez ici !

vendredi 21 avril 2017

Livres d'éveil

Depuis quelques semaines, j'ai grand plaisir à découvrir les livres d'éveil en compagnie de mon adorable Christopher Robin et il existe de véritables petites merveilles !

(lien)

Je commence avec les petits livres du coffret Baby's Big Box of little books (Puffin books) de Janet et Allan Ahlberg qui datent des années 80, si je ne me trompe pas.
Pour le moment, ce sont les préférés de mon petit bout de chou ! Leur taille les rend facilement manipulables par de petites menottes et leurs couleurs sont très attrayantes. On y retrouve, avec beaucoup de chaleur et d'humour, tout le quotidien de nos bébés : les jeux, la famille, le coucher ou encore les animaux de compagnie. Comme toujours, les illustrations d'Allan Ahlberg sont absolument charmantes ! (vous connaissez peut-être le gentil facteur ? Je ne peux que vous le conseiller !)





Summer, Spring, Autumn et Winter (Floris Books) de Gerda Muller :
Gerda Muller est une illustratrice de grand talent. La poésie et la douceur de vivre qui se dégagent de ses illustrations me touchent toujours beaucoup. Elles font naître en moi un doux sentiment de nostalgie. Ces quatre albums sont magnifiques et il y a tant de détails ! Je suis certaine qu'ils plairont longtemps à mon fils et que, d'ici quelque temps, nous discuterons ensemble de tout ce que nous observerons page après page!



A propos de Gerda Muller, sachez qu'elle vient de sortir un nouvel album : La fête des fruits (Ecole des Loisirs). On y retrouve l'univers tendre et plein d’enthousiasme de son auteur. Ce livre répond à de nombreuses questions que peuvent se poser les enfants et parfois même les adultes. 
Saviez-vous que les clémentines avaient été créées par un moine du nom de Clément ? Et qu'il s'agit d'un croisement entre une mandarine et une orange amère ? 
Ce livre met l'eau à la bouche et donne faim de fruits !

Un train passe (Ecole des Loisirs) de Donald Crews est sans doute l'un de mes préférés. Ses belles couleurs qui défilent, à toute allure, de pages en pages, de manière si harmonieuse est un régal pour les yeux ! A nous, parents, d'imiter le train en lisant cet album et les petits sont comblés ! Il est également très instructif ! Savez-vous ce qu'est un tender ? Un wagon contenant le combustible placé juste après la locomotive.



Mon poussin (Ecole des Loisirs) de Akiko Hayashi et Kiyoshi Soya :
Il s'agit sans doute de l'un des albums pour bébés les plus poétiques que je connaisse. 
Mon poussin se promène seul mais soudain, le soleil se couche. Où va-t-il dormir ?
Il y a toujours une telle grâce, une telle délicatesse qui se dégage des illustrations japonaises ! Cette pureté de la ligne m’émerveille à chaque lecture.



Piou-Piou, cache-cache dans le jardin de Satoshi Iriyama (Bayard Jeunesse) :
Piou-Piou cherche ses amis dans le jardin. Où sont-ils cachés ?
Mon petit Christopher Robin adore soulever chaque volet en feutrine ! En dessous, se cachent d'adorables petites créatures du jardin et pour finir, Piou-piou s'endort dans son petit panier. Les couleurs sont vives et attrayantes pour un bébé et le petit poussin absolument adorable !



mercredi 5 avril 2017

"Anne", la nouvelle adaptation du roman de Lucy Maud Montgomery bientôt sur Netflix !


Autant vous dire que je vais m'abonner dans les jours à venir ! 
J'ai tellement hâte de découvrir cette nouvelle adaptation et de retrouver l'acteur qui incarnait Jasper Dale dans "Les contes d'Avonlea". 


mardi 17 janvier 2017

Un biopic sur Alan Alexander Milne !

Voici un projet que j'attends depuis longtemps et je suis ravie de lire enfin quelques nouvelles à son sujet ! (elles datent du mois de septembre mais j'étais alors très occupée avec mon petit Christopher Robin)

Il s'agit d'un film de Simon Curtis (à qui l'on doit, entre autres, une très jolie adaptation de David Copperfield avec Daniel Radcliffe et Maggie Smith) qui traitera de la relation entre Alan Alexander Milne, le célèbre auteur de Winnie the pooh et son fils Christopher Robin. Ce sujet promet d'être bouleversant ! J'espère retrouver cette atmosphère touchante et cette nostalgie poignante si caractéristiques de l'univers de Winnie et des photographies de Christopher Robin, enfant.

Domhnall Gleeson (qui a joué dans "Brooklyn") incarnera l'auteur :



(lien)


Et juste pour le plaisir, cette tendre photographie de Christopher Robin, Winnie et ... Kanga !

(lien)

Si vous n'avez pas encore lu les deux chefs-d'oeuvre de Milne, sachez que vous pouvez vous les procurer en français chez Gallimard Jeunesse !


(lien)

jeudi 5 janvier 2017

Dans les pas de Cendrillon

 

Dans les pas de Cendrillon est un documentaire passionnant qui traite du célèbre conte, de ses origines, de ses interprétations ainsi que de ses diverses adaptations.
Il est disponible en replay sur le site d'Arte jusqu'au 8 janvier et je le conseille vivement à tous les amateurs de contes de fées : http://www.arte.tv/guide/fr/067117-000-A/dans-les-pas-de-cendrillon

Vous y apprendrez notamment que la première version de Cendrillon est chinoise et date de 850.
Cendrillon épousera le prince non pas grâce au coup de baguette d'une bonne fée mais parviendra à atteindre son destin par l'intermédiaire d'un poisson. En Chine, la petite chaussure symbolise, entre autres, l'harmonie dans les rapports amoureux.

On y évoque également le symbolisme des cendres qui représentent le deuil. En effet, Cendrillon porte le deuil de sa mère dans un monde qui semble l'oublier. Elle est gardienne de sa mémoire et va devoir se libérer de ce deuil pour grandir. En ce sens, le conte évoque avant tout le désir de vivre.

La dimension sociale du conte est également mise en relief. Le parcours de Cendrillon qui passe de l'âtre et de la cendre au mariage royal a nourri de nombreuses adaptations dont Sabrina de Billy Wilder avec Audrey Hepburn dans le rôle-titre. Il s'agit là d'une satire des classes supérieures américaines et le coup de baguette magique, c'est Paris !


Dans le conte de Perrault, la deuxième morale est assez mordante car il rappelle qu'un tel destin ne peut se réaliser sans une bonne marraine influente (à la cour) ...

C’est sans doute un grand avantage, 
D’avoir de l’esprit, du courage, 
De la naissance, du bon sens, 
Et d’autres semblables talents, 
Qu’on reçoit du ciel en partage ; 
Mais vous aurez beau les avoir. 
Pour votre avancement ce seront choses vaines, 
Si vous n’avez, pour les faire valoir. 
Ou des parrains ou des marraines.

Dans le conte des frères Grimm, une grande importance est accordée à la nature. En effet, Cendrillon plante sur la tombe de sa mère un rameau de noisetier. Il grandit et devient alors un arbre qui console Cendrillon à chaque fois qu'elle ressent du chagrin. Elle s'adresse au noisetier qui lui apporte ce dont elle a besoin par l'intermédiaire d'oiseaux.

(lien)

Toutefois, l'objet le plus féerique du conte reste la pantoufle qui ne se transforme pas après minuit. 
Le prince, à travers cette pantoufle, recherche son âme sœur, l'amour unique.
D'ailleurs, saviez-vous que Cendrillon ne se rend pas toujours au bal ? Dans certaines versions, elle se rend à la messe et doit partir avant le dernier évangile. Autant vous dire que je préfère largement le romantisme du bal.


Ce qui m'a semblé le plus fort dans ce documentaire, c'est l'idée que Cendrillon est avant tout un conte du désir de vivre, qui amène les être à sortir de leurs frontières ...